16/08/2013

When the Seduction rhymes with Confusion…



Article suivi de la version Française
"Ce que je n'aime pas dans la séduction, c'est quand les gens donnent une fausse image d'eux-mêmes."
"What I do not like with the seduction, it's when people give a false image of themselves."
Sophie Marceau
 
Lets start… here is the article for a lot of my friends who have asked me to write about… and I have hesitated for a long time to write about... Not that I lacked inspiration, far from it, but especially because of the repercussions in my sentimental life.
What is it all about? It’s about the relationships in Melbourne or rather… men. I am going to be honest, we (French women) still understand NO-THING. However, personally, like for my English, from the beginner level I’m now to the intermediate level.

Disaster, I am from now on, aware of I am compromising my future with the Aussies men with this article (as the effect of a bomb).
Or maybe, am I launching my love life?!
Or simply am I going to revolutionize the thoughts of the men who will think: " ah ok that’s how it works with French women "?! (A little bit pretentious, isn’t it?).
That said, I made up my mind, I-RE-VEAL everything. I can imagine that right now, some of you, dear readers, started to panic. Don’t you? Maybe you should…

Why now? After 10 months in Melbourne, I have a small experience (no way, you will have no information, I know you so well… especially you… French people). It’s my conversations with 3 of my French friends (women obviously), which triggered my writing this article. I won’t quote them but I’m sure that they will recognize themselves. Yes, this article is a mix of both my friends’ experiences and mine.

Then, everything begins with your encounter … this "magic" moment that makes you feel tempted to see the person again. From there, everything is normal.
We chat, smile and laugh at each other with a drink in one hand and finally we exchange the phone numbers. And THE special feature of Melbourne, we kiss you very easily. The kiss is, how to say… very usual while for us French, the kiss, the famous French Kiss, is very “important”; everyone knows the Doisneau’s unforgettable picture of this couple kissing after the Second World War in the streets of Paris.
For the perfect kiss to happen, we need a nice atmosphere, a charming place and good timing even if deep inside you know, that you will never each other again. What? Romance seems to be in our blood or frankly at the tip of the tongue.

That is when the things already begin to get difficult … Aussies men seem to take their time. They are easy going, having beers with their mates, working hard or watching a football match on TV… while Frenchwomen are impatiently waiting for a damned call (but I want to say to the girls, you can also call up). Mateship seems to Australians males what romance is to the French. I have heard a lot of rules (that I use to find funny at 20-years-old and stupid at 34): expect 3 days before calling, do not call up and do not text first …
Here, forget everything! Rules do not work and it is so much better. Lets spontaneity start. But your French spontaneity has to be in harmony with Aussie spontaneity. It’s quite something …

Do not be surprised if you receive a message one long week after your first date, it is normal, while we, French, are in " pushy " mode. Yesterday, I remember I had a giggle with one of my friends when she told me about her "date". Her date was on a Sunday; he told her that he wanted to see her again. She was excited, such a self-respecting Frenchwoman – she texted him on the Monday to arrange their next date on the weekend. On Tuesday evening, she said to me " guess what? I have no answer, I send back to him a message, im-me-dia-tely " and I " my darling it’s only Tuesday, take it easy, give him time to get back to you. " " OK! but tomorrow I send back a message ". Well guys, sorry, but in France, we have the “trigger-happy message”.

Next: the “date”. Word very important, don’t be confused with "meeting" (job, friends) or “appointment” (with your doctor, not really glamorous). This word can provoke your Aussies friends’ female hysteria.
When arriving, you are wondering what is going to happen, Melbournians are full of surprises. In France, when we are greeting people, we kiss on the cheeks. But here – watch out - the kiss on the cheek is more intimate. I was moreover sometimes frustrated to have an embarrassed kiss on only cheek. What about the other one?
I have to admit, being a foreigner often may lead you to make mistakes.
Here are some memorable wrong-steps …
- First of all, you sometimes misinterpret messages.
I remember to read a message " you don’t know your luck in this big city beautiful ". For me this message was out of context. What is he telling me? Sure, I know how lucky I am; So I text him back about my luck to live here. No reply … I would understand only later - thanks to TV - that it simply meant that for sure, we should see again each other.
- Secondly, you think about a message, you write it carefully (before checking out Linguee.com, Reverso.com or WordReference.com) you send proudly it… and with his answer, you understand that the meaning of your message is totally different.
Example of a friend: she sends a very polite message (in appearance for her) but, actually, she has suggested him a sexy time. Obviously, in this case, the reply was immediate. I call that an “Involuntary Reinforcement of the French’s reputation”.
- Thirdly, quite proud, you send a small joke, a pun, to eventually notice that you are lost in translation (but you improve your English when you learn that “slot”, “sloth” and “slut” are 3 different words). Irresistibly, you want to tell everyone on the planet "I swear I AM SMART".

Sometimes, the seduction in a foreign language can also make you lose confidence. You feel stupid when you do not understand a sentence or when you desperately look for your words. Then, go back home, you are convinced that now you fall into the category: “not to be contacted again”. But no worries, actually, the French’s touch still proves to be effective… well I think so… well I hope so… well… just in case lets send another text…

In the end, in France, who would not send a cheeky message during the day, just to provoke the passion and arise the desire?
Here is a small adventure of one of my friends who is dating with an Australian since a few months. Passionate, as quite Latin woman, she sends him a languorous message… The answer should be immediate. Well… not at all, she will receive a reply late in the evening, he couldn’t answer because he was working. After a long day with an angry woman, this Aussie learnt that he should never ignore this kind of message. The French Re(LOV)ution is under way in his couple’s life.

Another friend decides to visit to a guy. She has no idea about the relationship after few sexy nights spent with him. Anyway, confident of her power of seduction, she’s totally convinced that he is going to suggest her staying, but not at all. Annoyed, she asks him to stay but the answer will astonish her: he has to work on his computer (still not that it’s 1am).
How her female pride may be affected

Apparently, the work is a priority in Australia. Most importantly, the work! Then there comes the pleasure! While in France, we are Epicureans and passionate; sex can be an obsession (or almost), remind you our reputation. What? Didn’t you know that 60 % of men and women find a lover or a mistress on their workplace in France? Crazy, isn’t it?
No doubt now, that is why we are not shocked with the Monica Lewinski's (classic) or the DSK’s cases (ok very special case), it would almost be laughable. No matter what our politicians have a mistress or two as long as the work gets done. Mitterrand known to have had a mistress, Chirac well-known to be a seducer and Sarkozy, divorced who has chosen a top model … And do not forget the period of Kings … Unquestionably, we have a valuable" genetic heritage seduction ".
However, dear Aussie males, it is as well important as you know that the cliché of adulterous woman or man is not general. The “ménage à 3”- often voiced here in Melbourne - is not common (at the risk of disappointing you) and such a person in love, one man is good enough.

But, let us make no mistake. Of course, the pleasure is also a priority for an Aussie. I hope so! The difference: the rules and the rhythm. While for us the seduction is transformed to a theatre stage, French people " play " with a selected glamour ambience and actors (obviously woman is the main actress); Australians (or maybe Melburnians) are more in the " game ", a game with different levels - a “candy crush of Love” – with a progression in the relationship, slower, but as well as safer. Interesting reflection with one of my friends…

In France we play, the men are transformed into Casanova of Love, offering you flowers, complimenting you all the time (darling, we need action!)… But are they really involved? In Australia, let us be honest, the men are not demagogic (let that for the politicians), the compliment is not common but doesn’t it stop men to get involved? Call up, text someone and share moments does it mean automatically to get committed?

Sometimes, as in the rest of the world, every woman will meet a man who will tend to confuse "communication" and "commitment". That rings a bell, a message sent to a man " communication is not spelt commitment ", he will be " confused " with these words. What woman’s intelligent way of assessing the maturity of a man. What man’s “Elegant” way of saying, “wow, I have to go”.

In conclusion, I would like to say that men are like coffee.
In France, we have the choice between a short or a long coffee. We like or we do not like.
While here, you are surprised, between a cappuccino, a latte, a flat white, a chai latte, or mocha. With the “dates” you find various aromas, you are sometimes surprised by their strength, their robust(o). Sweet or strong, rich or light …
It’s up to you to find your aroma, " la crème de la crème "and become a sugar to have a sweet man.

Personally, I refuse these French or Australian clichés. After 30-year-old, you are looking for a mature relationship: no play, no game… just life.
You want to send a message, send it.
You want to call, call.
You want to see him, invite him.
You do not understand something, ask.
You want a mocha, choose the right coffee bush.
Propose, suggest, invite, be bold and especially… be Yourself!
Take it easy, feel it … because after all, French or Aussie, we are the same… with this enthusiasm to vibrate and this desire to share.

“Any resemblance to actual individuals or events is NOT coincidental”



Quand Séduction rime avec Confusion…

Bon allez je me lance… il est là, l’article que beaucoup me demandent et dont j’ai longtemps hésité à écrire. Non par manque d’inspiration, loin de là, mais surtout à cause des répercussions que je peux avoir dans ma vie… sentimentale.
Mais de quoi s’agit-il ? Et bien des relations hommes-femmes à Melbourne ou plutôt des hommes. Car je vais être honnête nous (les Femmes Françaises) ne comprenons toujours rien, mais attention, personnellement, comme pour mon anglais, je suis passée du niveau débutant au niveau intermédiaire.

Catastrophe, je suis désormais consciente que je suis en train de compromettre mon futur avec les hommes Aussies avec cet article (l’effet d’une bombe, oui d’une bombe… vous savez ? Frenchy quoi).
Ou peut être suis-je en train de lancer ma vie amoureuse ?!
Ou tout simplement vais-je révolutionner les pensées des hommes qui se diront : « Ah mais c’est donc ça avec les Frenchies ! » ?! (Un peu prétentieux tout de même).
Bref, quoiqu’il en soit, maintenant c’est décidé, JE-BA-LAN-CE-TOUT. Moment important de cet article, certains doivent commencer à paniquer.

Pourquoi maintenant ? Et bien après 10 mois à Melbourne, je me suis faite ma petite expérience (non vous n’aurez aucune info, je vous connais trop… surtout les Français). Mais je crois surtout que c’est au fil de mes rencontres et de mes discussions avec mes amies (femmes évidemment) dont trois françaises auxquelles je pense particulièrement, que je ne citerais pas mais qui se reconnaîtront dans certains récits. Oui, car cet article est un mix de l’expérience de mes amies et de la mienne.

Alors tout commence avec la rencontre… Ah la rencontre, ce moment « magique » qui te donne envie de revoir la personne. Jusque là tout est normal. On papote, on se sourit, on rit, on se lance des regards bourrés de messages subliminaux, on déguste un verre de vin et on s’échange enfin les numéros de téléphone. Et LA particularité de Melbourne, on t’embrasse très facilement. Le baiser est, comment dire… très usité. Alors que pour nous Français, attention, le baiser, le fameux French Kiss est d’une grande importance, on ne peut pas oublier ce célèbre baiser de Doisneau. On a besoin du contexte, du charme du lieu et du moment parfait même si on ne doit jamais se revoir. Que voulez-vous on a la romance dans la peau ou devrais-je dire sur le bout de la langue.

Et c’est là que les choses se compliquent… Car les Australiens prennent leur temps. Ils sont cools en train de boire des bières avec des amis, de bosser dur ou de mater un match de foot pendant que la Française (car les Australiennes connaissent la technique) attendent impatiemment un foutu appel (et là j’ai envie de dire les nanas, vous pouvez aussi appeler). J’en aurai entendu des règles (que je trouve amusantes à 20 ans et stupides à 34), attendre les 3 jours, ne pas appeler, attendre d’envoyer le premier message…
Et bien ici oublie tout, les règles ne marchent pas et c’est tant mieux. Place à la spontanéité. Seulement voilà, faut-il encore que ta French spontanéité soit en synchronisation avec l’Aussie spontanéité. Tout un poème…

Ne t’étonne pas de recevoir un message une semaine après, c’est normal. Alors que nous Français sommes en mode « pushy ». Je me revois encore hier me prendre un fou rire avec une de mes amies, qui a eu un « date » (rendez-vous) avec un Aussie. Ils vont au ciné le week-end, lui dit qu’il veut la revoir. Elle, impatiente, comme bonne française qui se respecte, lui envoie un message le lundi pour un autre rendez-vous le samedi. Le mardi soir, je la vois et elle me dit « non mais tu te rends compte, je n’ai aucune réponse, je lui renvoie un message im-mé-dia-te-ment » et moi « mais ma chérie on est que mardi, laisse lui le temps d’organiser sa semaine » « bon ok mais demain je renvoie un message ». Ben ouais messieurs, désolée, mais en France, on a la gâchette du message facile.

Deuxième point : le rencart. Ou comme on dit ici le « date ». Mot très important à ne pas confondre avec « meeting » (boulot) ou « appointment » (avec ton médecin, tout de suite moins glamour). Ce mot peut provoquer des cris d’hystérie autour de tes amies Aussies. Tu arrives, en te demandant ce qui va t’attendre, car Melbourne te réserve en permanence des surprises. Tu fais la bise, normal t’es française. Mais ici – attention - la bise est plus intime, il y a une forme de pudeur. J’ai d’ailleurs été parfois frustrée d’avoir une rapide bise que sur une joue. Et l’autre alors ?
Bref, être étrangère dans un pays t’amène souvent à commettre des erreurs.
Voici quelques mémorables faux-pas…
> Tu interprètes parfois certains messages à côté.
Je me revois lire un message « you don’t know your luck in this big city beautiful » (tu ne sais pas ta chance dans cette grande ville ma belle). Mais que me raconte-t-il ? Bien sûr que je connais ma chance ; je lui renvoie donc un message sur ma chance de vivre ici. Pas de réponse… Normal, je ne comprendrais que plus tard grâce à la télé, que cela voulait tout simplement dire qu’on se reverra sûrement.
> Tu envoies des messages avec un tout autre sens.
Exemple d’une amie qui envoie un message qui avait tout l’air correct et qui en fait suggérer une partie de jambes en l’air. Et bien là, la réponse fut, évidemment, immédiate. J’appelle ce phénomène « Renforcement Involontaire de la Renommée des Françaises ».
> Enfin, toute fière, tu envoies une petite blague, un jeu de mots, (après avoir bien évidemment vérifier sur tous les sites possibles et inimaginables de traduction) pour t’apercevoir, au final, que tu t’es trompée dans la traduction. Tu as une envie irrésistible d’envoyer une bombe sur ces sites et de crier au monde entier « Non je te jure JE-SUIS-IN-TEL-LI-GEN-TE !».
Car la séduction dans une langue étrangère peut aussi te faire perdre confiance. Tu te sens parfois stupide lorsque tu ne comprends pas ou lorsque tu cherches désespérément tes mots. Tu rentres alors chez toi, persuadée que tu es classifiée désormais dans la case des nanas « à ne jamais recontacter ». Mais rassures-toi, le charme Français opère. Enfin je pense… j’espère… bon allez je vais quand même envoyer un message lol.

Qui n’a jamais envoyé en France, un message coquin durant la journée histoire d’attiser la passion, réveiller le désir qui sommeille toujours en nous ?
Petite aventure d’une de mes amies qui est avec un Australien depuis quelques mois. Passionnée, comme toute latine, elle lui envoie un message enflammé, rempli de désir. La réponse devrait être immédiate. Et bien non, elle devra se contenter d’un message en soirée lui disant qu’il n’avait pas répondu car il travaillait. Après avoir eu droit à la soupe à la grimace d’une femme très en colère, cet Aussie a enfin appris qu’il ne fallait jamais ignorer ce genre de message. La Ré(LOV)ution Française est désormais en route dans son couple.
Une autre amie qui décide de faire une visite insolite à un ami avec qui… comment dire, elle a débordé sexuellement. Persuadée qu’il va lui proposer de rester, rien ne se passe. Agacée, elle lui demande de rester et celui-ci lui répondra qu’il doit travailler sur son ordinateur (rappelons tout de même qu’il est 1h du matin). Fierté féminine piquée au vif…

Oui car le travail est une priorité en Australie. Le travail d’abord, le plaisir ensuite. Alors qu’en France, nous sommes des épicuriens, des passionnés, reconnaissons-le, on pense beaucoup au sexe ce qui nous vaut notre réputation. « 60% des hommes et des femmes trouvent un amant ou une maitresse sur leur lieu de travail » selon une étude. Sans doute est-ce pour cela que nous ne sommes pas choqués avec les histoires de Monica Lewinsky, classique, ou celles de DSK qui nous font presque (je dis bien presque) rire. Peu importe si nos hommes politiques ont une maîtresse ou deux tant que le travail est bien fait. Mitterrand connu pour avoir eu une maîtresse et un enfant avec, Chirac qui fut un grand séducteur et Sarkozy divorcé qui choisit un top model… Sans parler de l’époque des rois… A croire que tout cela fait parti de notre riche « patrimoine génétique de séduction ».
Mais attention Messieurs les Australiens, il est aussi important que vous sachiez que le cliché de la femme ou de l’homme adultère n’est pas général. Le ménage à 3, comme je l’entend souvent ici, est plutôt rare (au risque de vous décevoir) et comme toute femme éprise, un seul homme nous suffit.

Alors ne nous méprenons pas. Bien évidemment, le plaisir est aussi une priorité pour un Aussie. Enfin je l’espère ! Seule différence : les règles et le rythme. Alors que pour nous la séduction devient une pièce de théâtre où on « play » avec un décor, une mise en scène et des acteurs qu’on choisit (évidemment la femme est l’actrice principale) ; pour les Australiens, on est plus dans le jeu « game » avec des étapes à passer, un peu comme un « Candy Crush de l’Amour », une progression dans la relation qui se fait plus lentement mais peut-être aussi plus sûrement. Réflexion intéressante avec une de mes amies.

Je me rappelle de cette histoire d’une jeune Australienne de 22 ans qui sort avec un Français depuis maintenant plusieurs semaines et qui s’écrit toute joyeuse « Je suis en couple ! » et une amie Française qui lui répond « Ben oui ça on le savait déjà depuis longtemps ». C’est un peu comme ci, le jeu étant terminé, le partenaire avait enfin le droit de rentrer dans sa vie. Un peu comme si tu étais jaugée pour voir si tu pouvais rentrer dans la vie d’une personne.
Cela me surprenait au début. Et puis j’ai réfléchi. En France on joue, les hommes se transforment en Casanova de l’Amour, t’offrent des fleurs, te complimentent à tout bout de champ mais au final sont-ils vraiment pour autant impliqués dans la relation ? En Australie, soyons honnête, la « démagogie » ne fait pas partie des habitudes (réservons cela pour les politiciens), le compliment est plus rare mais est-ce que cela empêche l’implication ? Et appeler, envoyer un message et partager de bons moments, est-ce que cela implique immédiatement un engagement ?

Parfois, comme partout dans le monde, toute femme se retrouvera un jour confronter à un homme qui aura tendance à confondre « communication » et « engagement ». Ce qui a d’ailleurs valu un texto à un homme « communication is not spelt commitment » (la communication ne s’épèle pas engagement) qui se retrouvera très vite « confused » avec un tel message. Manière intelligente pour une femme de tester la maturité d’un homme. Manière « élégante » pour un homme de dire : « Ouh là, je dois vraiment y aller ».

Pour conclure, j’aurai envie de dire que les hommes sont comme le café.
En France, on a le choix entre un serré ou un allongé. On aime ou on n’aime pas.
Alors qu’ici, tu ne peux être que surprise. Entre le cappuccino, le latte, le long black, le flat white, le chai latte ou le mokka… tu découvres au fil des « dates » différents arômes, tu es parfois frappée par sa force, son robust(o). Doux ou corsé, suave ou vif, riche ou léger…
A toi de trouver ton arôme, « la crème de la crème ».

Mais pour ma part, je refuse désormais ces clichés, Français ou Australien. Passée la trentaine, tu recherches une relation mâture. Plus de stratégies, de jeux… mais la vie !
Tu veux envoyer un message, envoies-le.
Tu veux appeler, appelles.
Tu veux voir la personne, invite-la.
Tu ne comprends pas quelque chose, demande.
Propose, suggère, montre-toi audacieuse et surtout reste Toi.
Ressens tout simplement… Car après tout Français ou Aussie, on reste tous les mêmes avec cette envie de vibrer et de partager.

« Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé n’est pas du tout fortuite et dépendante de ma volonté. »

Link :
http://www.leuromag.fr/statistiques-adulteres-et-extraconjugales-ce-que-revelent-les-chiffres_a2253.html