The Melbourne Buzz Word : « BUSY »

Photo by #sensualtrip
Article suivi de la version Française
Find this article on Le Petit Journal

Many of you have asked me when my next article would be ready – well here it is!  It has taken some time to compose, what with my roof collapsing, car stolen for 2 weeks, a new job working twilight hours, unexpected closure of my school and many other challenges… which brings me to the subject of the article this week – and my new found understanding of the word – so well used in Melbourne – ‘BUSY’!

All of the above events have made me reflect on this so called “busy attitude”. 
I have never heard this word used so much as it has here in Melbourne
“Sorry, I'm busy”, “I'm crazy busy”, “Would love to…. But I am busy, man" – WTF?
I even met a Mr Busy once who could not answer my text messages because he was so busy. Pftt!

I attempted to understand - who returns them if busy these Aussies??? What exactly transpires in this city to make so many so busy? Hmm…
So I said myself; these people work a lot. OK it is true that they work hard (38 hour working week is the average) which is more than us French - that stays between us by the way, despite the hours, the “busy” people stay very calm and cool and are clearly under less stress than the French people.

But at the same time all the same, that cannot be that! No, there is other thing… Because after all, I see them being lying about far too often in bars and restaurants between friends.
Naturally, being a newcomer to Australia and the Australian way of life – I knew no one when I landed in St Kilda.  Here I was, in the epicenter of Melbournian nightlife… with me, myself and I – my social life was DEAD.
So I roamed from bar to bar, restaurant to restaurant, club to club – in the pursuit of social relief, some companionship... and to learn about this new culture in Melbourne. 

I came to understand very quickly that Australians have an extraordinary capacity to mix their professional, personal and social lives with a 200% result!
In France by comparison, we divide everything, sometimes we have difficulty mixing work and friends.  Of course we can organize a drink after work, but let us not forget the allure of a comfortable couch and a good American TV series (how ironic that the French criticize American culture but crave access to its fold – don’t get me started on the French paradox – that’s for another article).

It would appear that the sharing of “good times” coupled with a highly evolved “mateship attitude” contributes to the average Australian looking forward to the weekend.
Monday to Friday is dedicated to work, whereas the weekends provide for drinks between friends, breakfast turns into brunch, brunch into lunch and lunch into drinkies followed by choose your own adventure!  There are concerts, festivals, dancing and parties.  Exhibitions to see, museums to explore, children to entertain, sporting events to attend and of course – recovery from the inevitable hangover – all between the hours of 5pm Friday and 6pm Sunday evening!  I think I am beginning to understand the word… busy!

In fact, this simple 4 letters word best sums up how Australians manage everything in life: social or professional, family, friends, loves and problems. (That rings a bell - French song - Charles Aznavour).
Naturally, behind the word ‘busy’ can follow the word ‘stress’ – and I do not for a second believe that Australians don’t suffer from it, however, my observation is that if the typical Australian does gets stressed – he or she is pretty damn good at handling it… or blowing of steam to manage it better.  Either way – it is refreshing and reassuring.  

Melbourne is such an energizing, active and extended city and as such - I believe that you can’t not help but be “busy” here.  There will always be that friend who calls up to have a drink when it’s the night you have chosen to go to bed early, always a party, another bar to go to, a special event or a birthday celebration to blow candles out to and naturally always a new challenge to be tackled.  Here, everything seems possible if you give yourself the time, means and motivation.

I see Melbourne as a “busy” city because the people here choose to live with a permanent need to be in action and to seize any opportunities that appear.   Encounters are more easily made and communication is simpler (yes, yes - even with my English!) and thus obviously the importance of a social life in Melbourne, is paramount.

Maybe there can be a replacement of this simple 4 letter word – instead of “busy”, maybe it could be “Full” – because really, life is full … full of challenges, full of friendship, full of fun, full of beers, full of meetings, full of parties, full of memories that we build for ourselves.  I understand now...clearly…that life can be busy – just as long as its full! 

So next time, instead of being confused or offended when I hear someone say “Sorry, I was too busy” – I believe it is perfectly acceptable for me to respond “Ah yes, me too!”. 

Créer le buzz avec ce simple mot de 4 lettres "busy"...

Nombreux d’entre vous m’ont demandé quand est-ce que j’écrirais un nouvel article. Et bien le voici, alors j’ai mis du temps mais faut dire que je ne me suis pas ennuyée ces dernières semaines. Entre mon toit qui s’est effondré, ma voiture qui a été volée, mon nouveau job, mes projets professionnels et maintenant mon école qui ferme, je commence à comprendre tout le sens du terme si souvent employé à Melbourne… BUSY (c’est-à-dire occupé, pris par ses activités).

Et tous ces événements m’ont fait réfléchir à cette « busy attitude ».
Je n’aurai jamais autant entendu ce mot « busy » qu’à Melbourne : « I’m busy, I’m crazy busy, I was busy man… » (Occupé, je suis trop occupé, j’étais occupé).
J’ai même rencontré un Monsieur Busy qui ne répondait pas tout de suite à mes messages tellement il était busy. J’ai donc cherché à comprendre. Mais qu’est ce qui les rend si busy ces Aussies ??? Que se passe-t-il dans cette ville pour que les gens soient autant occupés ???

Alors au début je me suis dit, ils travaillent beaucoup. Bon ok il est vrai qu’ils ne sont pas aux 35h (la moyenne d’heure étant de 38h), qu’ils travaillent durs et plus que les Français (même si ça reste entre nous, ils restent très cools et sont nettement moins stressés que les Français).
Mais tout de même, ça ne peut pas être ça ! Non, il y a autre chose… Car après tout je les vois beaucoup trop souvent traîner dans les bars et les restaurants entre amis.

Bien évidemment nouvelle venue ici, je ne connaissais personne, ma vie sociale était (n’ayons pas peur des mots)… morte. J’errais de bar en bar, de restaurant en restaurant, de club en club (mais attention je vous rassure ceci dans le but de mieux cerner la vie sociale à Melbourne et… je vous rassure encore… je continue). Je compris donc très vite que les Aussies ont cette capacité extraordinaire à mixer leur vie professionnelle, sociale et familiale. Et qu’ils vivent leur vie à 200%.

Alors qu’en France peut-être que nous compartimentons tout, nous avons des difficultés à mélanger travail et amis, prendre un verre après le boulot se fait, bien évidemment, mais reconnaissons que nous aimons bien nous caler dans un bon canap’ avec une bonne série américaine (oui parce qu’on est réputé pour critiquer la culture américaine mais on raffole des séries, paradoxe Français… ceci est un autre sujet !).
Le partage, « the mate attitude » semble primordial et ce n’est pas pour rien que les Aussies attendent le week-end avec impatience.
La semaine est consacrée au travail et ici on semble attendre le week-end avec impatience : prendre un verre entre amis, aller à un « brunch, lunch, dinner », voir un concert, aller à un festival, danser, aller à une party, visiter une expo, faire du shopping, profiter des enfants, de la famille et des amis, se remettre de la cuite du samedi soir… et tout ça entre le vendredi soir et le dimanche soir. Donc oui après tout ça, je comprends mieux tout le sens de ce mot.

En fait, dans ce simple mot de 4 lettres tu englobes toute ta vie : sociale ou professionnelle, ta famille, tes amis, tes amours et tes emmerdes. (tiens ça me rappelle une chanson. Charles Aznavour).
Alors bien évidemment derrière ce mot, tu pourrais croire qu’il y a du stress et certainement pour beaucoup d’Australiens, il y en a mais je vous rassure pour Frenchy, vous êtes plutôt cools et ça rassure.
Melbourne est une ville si énergisante, si active et étendue que je crois en effet que tu ne peux être que busy. Il y aura toujours un ami qui t’appellera pour aller prendre un verre le soir où tu auras décidé de te coucher tôt pour une fois, toujours une party : un bar qui ouvre, une soirée spéciale ou un anniversaire à fêter et bien évidemment toujours de nouveaux challenges à réaliser dans ton travail, de nouvelles idées que t’aura mis dans ta tête un nouvel ami. Car ici tout semble possible si tu te donnes les moyens.
Melbourne est une ville busy car on vit, tout simplement, avec ce besoin permanent d’être dans l’action et de saisir les opportunités qui se présentent. Les rencontres se font plus facilement et la communication est plus simple (oui oui même avec mon anglais) et donc évidemment la vie sociale prend une importance énorme dans ta vie : c’est ce qu’on appelle ici la « mateship ».

Attends-toi toujours à entendre quelqu’un te dire « oh sorry I was busy » et toi aussi tu te retrouveras très vite dans la même situation.
Peut-être pouvons-nous juste remplacer ce simple mot de 4 lettres par une expression pour dire, ma vie est pleine… Pleine de challenges, pleine d’amitié, pleine de partage, pleine de bières, pleine de rencontres, pleine de soirées, pleine de souvenirs qu’on se construit… Juste pleine de vie, encore et toujours à l’image des Aussies !!! Et merci Melbourne car désormais je suis aussi busy… busy de ce dynamisme Australien.